Module 4 – Outils pour la caractérisation environnementale

Une meilleure connaissance du gisement de matière (sédiment frais, terres excavées ou terrain de dépôt) est indispensable pour assurer leur valorisation adéquate. Cela passe notamment par l’amélioration de la représentativité des échantillons pris sur le terrain et l’augmentation de la rapidité de l’obtention des résultats. Ces deux critères nécessitent de pouvoir réaliser les mesures sur le terrain à l’aide d’outils de diagnostic rapides. Si pour certains paramètres, ces outils existent déjà et peuvent être utilisés en routine, d’autres caractérisant les micro-polluants nécessitent encore des tests de validation voire des développements analytiques.

En plus des acquis de la pXRF, de nouveaux outils seront explorées (Raman, FTIR) pour la caractérisation des sites pilotes du projet. La mallette à constituer sera complétée par une petite structure mobile de dosage rapide de polluants métalliques « mobilisables » rencontrés dans les sédiments (dosages électrochimiques).

P1180435
(c) B. Lemière – BRGM

Afin d’intégrer des variations temporelles de concentrations et d’améliorer la détection de certaines molécules par rapport à des prélèvements ponctuels, la mise en oeuvre d’échantillonneurs passifs sera envisagée. Elle permettra de mieux représenter les flux de contaminants, de gagner en sensibilité par rapport à des prélèvements ponctuels et de rendre compte de notions de disponibilité des contaminants au sein de la phase liquide. Les contaminants visés ici seront les sulfures, les phosphates, les éléments d’intérêt (notamment As, Cd, ou Pb), des composés organiques persistants (HAP, PCB et certains pesticides) et leurs métabolites. Ces travaux scientifiques feront l’objet de thèse de doctorat et de sujet de post-doctorat.

outils.png